Skip to content

Une Seule Santé en marche au niveau communautaire La Surveillance à base communautaire des zoonoses prioritaires dans une approche « Une Seule Santé »

Une Seule Santé en marche au niveau communautaire La Surveillance à base communautaire des zoonoses prioritaires dans une approche « Une Seule Santé »Le Programme de Sécurité Sanitaire Mondiale (PSSM), est un partenariat de plus de 60 pays, organisations internationales et parties prenantes non-gouvernementales visant à renforcer la capacité des pays à mieux prévenir, détecter et riposter aux menaces des maladies infectieuses, et à élever la sécurité sanitaire mondiale au rang de priorité nationale et mondiale.

Au Sénégal, le Haut Conseil de la Sécurité Sanitaire Mondiale (HCSSM), coordonne la mise en oeuvre du PSSM depuis 2015. En 2016, MEASURE Evaluation, Financée par l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), a aidé à la mise en place d’un système de surveillance à base communautaire (SBC) dans quatre districts pilotes en collaboration avec le Ministère de la santé du Sénégal. Par la suite, un nouveau financement de l’USAID, a permis d’étendre ce system de surveillance pour inclure les zoonoses prioritaires et adopter une approche Une Seule Santé dans les mêmes districts et deux additionnels.

Ces zoonoses prioritaires sont la rage, la grippe aviaire zoonotique, la tuberculose bovine, l’anthrax, les fièvres Hemorragiques (Marburg et Ebola) et la Fièvre de la Vallée du Rift. Cette initiative met l’accent sur la collaboration multisectorielle et le partage de l’information entre les parties prenantes à tous les niveaux. Ce système de surveillance permet une prise en charge des évènements liés à l’interface homme-animal-environnement.

Une Seule Santé en marche au niveau communautaire La Surveillance à base communautaire des zoonoses prioritaires dans une approche « Une Seule Santé »

La Boîte à Outils sur la Maturité de l’Interopérabilité des Systèmes d’Information Sanitaire : Guide de l’utilisateur

La Boîte à Outils sur la Maturité de l’Interopérabilité des Systèmes d’Information Sanitaire : Guide de l’utilisateurLa Boîte à outils sur la maturité de l’interopérabilité des systèmes d’information sanitaire comprend un modèle de maturité relatif à l’interopérabilité des systèmes d’information sanitaire (SIS), soit un outil évaluant le degré de maturité, et ce guide destiné aux utilisateurs du modèle et de l’outil.

Le but de la Boîte à outils sur la maturité de l’interopérabilité des SIS est de permettre aux MS, à leurs partenaires de mise en oeuvre et à d’autres parties prenantes de déterminer les principaux domaines d’interopérabilité et les niveaux de maturité requis pour atteindre les objectifs d’interopérabilité des SIS. En recourant à une approche fondée sur un modèle de maturité, nous cherchons à déterminer les facteurs essentiels à la mise en place de SIS matures et interopérables, à les évaluer et à créer un parcours de développement pour nous appuyer sur un (ou des) système(s) solide(s) (maturité). Cette boîte à outils est tenue à la disposition des pays sous la forme de bien public afin d’atteindre les buts et objectifs de renforcement de leurs SIS. Alors qu’il est possible de créer des systèmes interopérables intersectoriels, cette boîte à outils a pour but d’améliorer la performance d’un SIS propre à un ministère de la Santé.

La Boîte à outils sur la maturité de l’interopérabilité des SIS est disponible en ligne sur https://www.measureevaluation.org/resources/ tools/health-information-systems-interoperability-toolkit.

La Boîte à Outils sur la Maturité de l’Interopérabilité des Systèmes d’Information Sanitaire : Guide de l’utilisateur

Toolkit for Implementing the Health Facility Registry in Nigeria

Implementing Nigeria's Master Facility List: GuidelinesThe Health Facility Registry (HFR) is a customized, open source, web-based application that allows users to access the Master Facility List (MFL): a list of all healthcare facilities, public and private, in Nigeria. In addition to government stakeholders who oversee facility management and the provision of healthcare services, other stakeholders who may want information from the MFL are the authorities responsible for budgeting and allocation, human resource managers, those overseeing supply chain management, insurance companies, researchers assessing health system performance, and donors planning coverage for public health interventions. The MFL system requires Internet connectivity to be accessed and is available to the public.

MEASURE Evaluation, a project funded by the United States Agency for International Development and the United States President’s Emergency Plan for AIDS Relief, produced the tools presented here for anyone in Nigeria who wants to access the HFR, for public health authorities who will be granted administrative rights to the HFR, and for developers who will be responsible for maintaining the HFR in the future.

Access the resources.

Use of Routine Health Information System Data to Evaluate Impact of Malaria Control Interventions in Zanzibar, Tanzania from 2000 to 2015

Use of Routine Health Information System Data to Evaluate Impact of Malaria Control Interventions in Zanzibar, Tanzania from 2000 to 2015Background: Impact evaluations allow countries to assess public health gains achieved through malaria investments. This study uses routine health management information system (HMIS) data from Zanzibar to describe changes in confirmed malaria incidence and impact of case management and vector control interventions during 2000–2015.

Methods: HMIS data from 129 (82%) public outpatient facilities were analyzed using interrupted time series models to estimate the impact of artemisinin-based combination therapy (ACT), indoor residual spray, and long-lasting insecticidal nets. Evaluation periods were defined as pre-intervention (January 2000 to August 2003), ACT-only (September 2003 to December 2005) and ACT plus vector control (2006–2015).

Findings: After accounting for climate, seasonality, diagnostic testing rates, and outpatient attendance, average monthly incidence of confirmed malaria showed no trend over the pre-intervention period 2000–2003 (incidence rate ratio (IRR) 0.998, 95% CI 0.995–1.000). During the ACT-only period (2003–2005), the average monthly malaria incidence rate declined compared to the pre-intervention period, showing an overall declining trend during the ACT-only period (IRR 0.984, 95% CI 0.978–0.990). There was no intercept change at the start of the ACT-only period (IRR 1.081, 95% CI 0.968–1.208), but a drop in intercept was identified at the start of the ACT plus vector control period (IRR 0.683, 95% CI 0.597–0.780). During the ACT plus vector control period (2006–2015), the rate of decline in average monthly malaria incidence slowed compared to the ACT-only period, but the incidence rate continued to show an overall slight declining trend during 2006–2015 (IRR 0.993, 95% CI 0.992–0.994).

Interpretation: This study presents a rigorous approach to the use of HMIS data in evaluating the impact of malaria control interventions. Evidence is presented for a rapid decline in malaria incidence during the period of ACT roll out compared to pre-intervention, with a rapid drop in malaria incidence following introduction of vector control and a slower declining incidence trend thereafter.

Enquêtes qualitatives sur les motivations des Comités de Veille et d’Alerte Communautaire impliqués dans la surveillance des maladies infectieuses au Sénégal

Enquêtes qualitatives sur les motivations des Comités de Veille et d’Alerte Communautaire impliqués dans la surveillance des maladies infectieuses au SénégalContexte : les récentes épidémies de maladies infectieuses en Afrique ont fait ressortir le rôle important de la communauté dans la surveillance des maladies notamment dans la détection précoce et la réponse rapide. Le Ministère de la Santé et de l’Action Sociale (MSAS) du Sénégal avec l’appui de ses partenaires dont MEASURE Evaluation a initié en 2016 la phase pilote de la surveillance à base communautaire. Cette activité est venue s’ajouter au paquet de services des acteurs communautaire de santé (ACS) qui intervenaient dans la santé maternelle et néonatale. C’est dans ce contexte que MEASURE Evaluation a mené une étude évaluative de la motivation des membres des Comités de Veille et d’Alerte Communautaire (CVAC) impliqués dans la surveillance épidémiologique.

Objectifs : cette étude avait pour objectifs, d’identifier les facteurs qui motivent et ceux qui démotivent les membres de CVAC dans leur rôle d’acteurs communautaires de santé (ACS) en général et dans la recherche et la notification des maladies prioritaires en particulier ; et de formuler des recommandations sur les moyens de renforcer la motivation des CVAC dans leur activité de surveillance communautaire.

Matériels et méthodes : huit focus groups ont été réalisés dans les postes de santé sélectionnés dans les districts sanitaires de Tambacounda, Koumpentoum, Podor, et Pété. Les données ont été collectées avec un questionnaire individuel et un guide d’entretien structuré en thèmes. Les données du questionnaire individuel ont été analysées sous SPSS. Les focus groups ont été enregistrés sur des dictaphones puis transcrites. Les données transcrites ont été traitées avec le logiciel Atlas.ti. Cette étude a obtenu un avis éthique et scientifique favorable du Comité National d’Éthique pour la Recherche en Santé et l’autorisation administrative du MSAS. Chaque participant a signé un consentement avant le démarrage des focus groups.

Résultats : 65 membres de CVAC au total ont participé à l’étude. L’enquête sociodémographique a montré que les membres de CVAC sont majoritairement jeunes avec une moyenne d’âge de 35 ans, mariés pour la plupart (83 %), avec une proportion plus élevée de femmes (sex-ratio 0,5), et scolarisés (55 % ont été jusqu’au niveau secondaire). En ce qui concerne le niveau de connaissance des langues, la langue la plus parlée est le pulaar (58 %), cependant le français reste la langue la plus écrite (71 %) et la plus lue (68 %). Pour ce qui est des facteurs de motivation, ils sont essentiellement symboliques et relationnels. Il s’agit de la reconnaissance communautaire et institutionnelle, des formations reçues et des outils de travail mis à leur disposition, et du suivi par les personnels de santé (ICP et superviseurs). S’agissant des facteurs de démotivation, le principal grief est lié aux moyens de travail (outils de gestion, de sensibilisation, et téléphones portables). Il s’ajoute à cela le manque de considération sociale et institutionnelle que certains CVAC ont pu ressentir et l’incapacité des membres de CVAC à répondre aux sollicitations des populations (consultations médicales, médicaments, argent, etc.). Au regard des résultats de l’étude, il a été formulé comme recommandations d’assurer aux CVAC une reconnaissance institutionnelle et un suivi régulier par les personnels de santé, et de leur doter d’objets de reconnaissance unique et de téléphones portables plus performants et en plus grande quantité.

Enquêtes qualitatives sur les motivations des Comités de Veille et d’Alerte Communautaire impliqués dans la surveillance des maladies infectieuses au Sénégal

Data for Impact: Semiannual Report Summary

Data for Impact: Semiannual Report SummaryData for Impact (D4I) is a new 5-year cooperative agreement funded by the United States Agency for International Development and primed by the University of North Carolina at Chapel Hill. The project began in September 2018 and has reported accomplishments made during its first nine months in a one-page infographic. The infographic outlines project goals and objectives, country uptake of project expertise, and a broad look at some of the work done to date.

Quality of Tuberculosis Services Assessment in the Philippines: Tools

Quality of Tuberculosis Services Assessment in the Philippines: ToolsThe Quality of Tuberculosis Services Assessment (QTSA) is conducted with the support of four tools: the Facility Audit, the Provider Interview, the Patient Interview, and the Register Review. MEASURE Evaluation—a project funded by the United States Agency for International Development (USAID)—developed these four tools with the assistance of colleagues at USAID.

The tools exist in a generic format that is adaptable to any country wishing to conduct a QTSA. For instance, some countries may have different names for their health administrative units (e.g., district, province, ward, or woreda) or the name of their TB registers (e.g., TB patient logbook or TB confirmed cases register). They are customized to fit the country priorities and context in which they will be used.

This document presents only the QTSA tools adapted for use in the Philippines. It provides detailed information about the structure and content of the tools. More information on the QTSA purpose, methods, or results can be found in the individual QTSA reports.

The Philippines’ QTSA report is available here: https://www.measureevaluation.org/resources/publications/tr-19-350/